• ohaio !
  • catalogue
  • rumori
  • download >(- -)<
  • Palais Chalet
  • archives
  • find the records
  • links
  • contact

  • Everybody’s Jabitudiliki


    .........................

    Fr

    On peut s’en tenir � la version officielle, Everybody’s
    Jabitudiliki fut fond� dans un train le 25 d�cembre
    1996 mais cependant on pourrait en dire plus. On peut
    en d�duire que la greffe hip hop electro/dark new wave
    peut r�ussir et donc engendrer un nouveau monstre
    caract�riel ; ce monstre depuis enregistre en permanence
    sans savoir trop o� il va mais en retombant toujours
    sur ces nombreuses pattes. Oui Everybody’s
    Jabitudiliki est un conglom�rat sonore et activiste se
    souciant peu des styles musicaux qui l’environnent.Oui
    Everybody’s jabitudiliki engendre des noeuds dans du
    velours et des comptines obsessionnelles. Oui Everybody’s
    Jabitudiliki cache ses r�elles intentions. Oui Everybody’s
    Jabitudiliki est punk, rap, elektro, tout ce que vous
    voudrez en fait... Oui Everybody’s Jabitudiliki tient
    son nom d’une grenouille scandinave qui enguirlande un
    manchot et un ours parce qu’ils ne se souviennent
    jamais de son nom mais nous aimons les grenouilles, les grenouilles sont nos amies et nous envisageons la
    musique comme les batraciens l’envisagent. Everybody’s
    Jabitudiliki est Derek Sein et DJ Athome...

    Ces deux obs�d�s de la spirale produisent une musique tout en basses qui ne rev�t de costumes de genre que pour mieux les �mietter sur leur trajet vers d’�tranges repaires nocturnes. Des bribes dub, trip-hop, classique ou autre essaient d�sesp�r�ment de se frayer un chemin � travers une inexorable texture de basses sensuelles qui les effritent ou les concentrent.

    - - -
    En

    These two spiral-maniacs produce a music in low frequency, dressed up in a genre that is then destroyed on its journey to strange nocturnal shelters. From dub, trip-hop, to classical and other genres, the EVJAB waves are irritated and concentrated on trying desperately to make way through the harsh texture of the sensuous bass.

    .........................